«Fini les cadeaux pour les entreprises woke», écrivait sur Twitter, le 10 mai dernier, le sénateur républicain du Missouri Josh Hawley. «Aujourd’hui, je présente un projet de loi visant à dépouiller Disney de ses faveurs légales en matière de droit d’auteur.» La compagnie bénéficiait jusqu’ici du Sonny Bono Copyright Term Extension Act, un décret de loi qui protège les termes du droit d’auteur durant 70 ans après la mort d’un auteur – et 120 ans pour les œuvres créées par une société. Portée par Sonny Bono, chanteur et représentant du Parti républicain au Congrès en 1998, cette loi est surnommée le «Mickey Mouse Protection Act» en raison du lobbying intense exercé par Disney pour la faire voter à l’époque.