Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Mischa Damev reprend la direction du Septembre musical avec le désir de l’ouvrir sur le monde.
© Dorothée Thébert

Classique

Mischa Damev: «Le Septembre musical sera une fenêtre ouverte sur le monde»

Le nouveau directeur du festival de musique vaudois prend ses fonctions aujourd’hui. Il explique ses choix et ses projets

Les mélomanes le connaissent bien, Mischa Damev. Depuis 2007 à la tête de la division Musique du Géant orange, l’homme affable accompagne chaque concert, que ce soit à Genève, à Lucerne ou à Zurich. On le croise dans chaque salle, toujours discret et courtois. Les tournées suisses d’orchestre, qu’il choisit selon des critères minutieusement équilibrés entre qualité, originalité ou renommée, passent par lui. Il en conçoit la programmation, d’entente avec les chefs et les solistes invités.

Lire aussi: Charles Dutoit et Martha Argerich ovationnés à Montreux

Cette aventure populaire au meilleur sens du terme, puisque les salles sont pleines pour des concerts de haute tenue à des tarifs attractifs, existe grâce au Pour cent culturel depuis des décennies. Elle perdure grâce aux choix programmatiques de son directeur depuis onze ans.

Dès aujourd’hui, Mischa Damev succède à Tobias Richter à la tête du Septembre musical de Montreux-Vevey. La passation de pouvoir faite, il s’agit de savoir ce que l’ancien pianiste, mais toujours chef d’orchestre, a l’intention de faire de ce rendez-vous classique automnal qui décompte 73 ans et fut il y a plusieurs décennies l’un des plus glorieux de Suisse.

Le Temps: Qu’avez-vous envie de changer, de conserver et de donner à entendre au public?

Mischa Damev: D’abord, il faut dire que le Septembre musical représente pour moi un véritable coup de cœur. Je voyage beaucoup dans le monde pour mon métier. Et revenir sur la Riviera, que je fréquente moins qu’à l’époque où j’y venais dans la classe de Nikita Magaloff, m’a procuré un sentiment de profond bonheur. Puis, quand il a été question de réfléchir à mes projets au Septembre musical, je me suis attelé à trouver un concept, une idée forte. Venir pour refaire toujours la même chose n’a aucun sens. J’aime que les réalités bougent et changent. Sans briser quoi que ce soit, il faut attiser la curiosité et le désir.

C’est un casse-tête pour tous les programmateurs. Comment comptez-vous vous y prendre?

Une bonne idée doit pouvoir s’expliquer en quelques mots. Beaucoup de musiciens ont trouvé refuge sur la Riviera et beaucoup de mélomanes y suivent les concerts. C’est une région très attirante. J’aimerais rendre la pareille. Pour moi, le Septembre musical doit devenir une fenêtre beaucoup plus ouverte sur le monde. Chaque année, un pays sera mis à l’honneur. Et la culture de chacun sera célébrée sous toutes ses formes. Que ce soit son répertoire classique avec ses musiciens, orchestres, compositeurs ou solistes. Mais aussi ses artistes saillants ou prometteurs, sa musique traditionnelle, sa cuisine, sa peinture, sa photographie ou son cinéma, ainsi que toute autre forme d’art à étudier à chaque fois.

Cette thématique n’est pas inédite. Pourquoi vous a-t-elle séduit?

Elle offre une grande diversité de possibilités et de déclinaisons, et une façon magnifique de faire découvrir et apprécier d’autres cultures au public. C’est comme un jeu de Lego ou une palette de peintre qui permet de composer une infinité de combinaisons.

Quel sera le premier pays invité?

La Russie. Un continent, une culture phénoménale. Dostoïevski, Nabokov, Tchaïkovski, Stravinsky, Gogol, des instrumentistes, des chœurs et des voix incroyables. Des périodes historiques fortes entre la Russie impériale, communiste ou actuelle, avec des potentiels gigantesques pour le futur… Le choix est infini!

Qu’est-ce qui a motivé votre choix?

La simplicité. Et peut-être aussi mes racines bulgares et ma culture française. Nous vivons une époque très troublée à laquelle il est essentiel de redonner du sens. L’humanité a un besoin fondamental de transcendance. Il est important, pour moi, d’avoir le sentiment de participer, à mon très modeste niveau, à une forme de rassemblement par l’ouverture sur les différences. La culture, et la musique particulièrement, offre cette capacité d’enrichissement par le dialogue. Un échange qui se passe de mots et n’a pas de frontières. Qui n’a pas besoin d’être traduit et se transmet directement par les notes, les images ou les sens. L’art soulève les émotions, et l’esprit. Je serais heureux qu’on vienne au Septembre pour découvrir les différences, qu’on puisse aussi venir s’enrichir de merveilles surprenantes.

La périodicité va-t-elle changer?

Pour la première édition de l’an prochain, nous conserverons la même période. Septembre est septembre. Mais peut-être à un autre moment, plus tard, sur un nombre de jours différent. Cela reste à définir. Les détails de la prochaine programmation seront dévoilés dans quelque temps.

Je ne fais jamais rien qui aille contre le plaisir du public. Ce serait une aberration. Je souhaite juste l’entraîner sur d’autres chemins magnifiques

Mischa Damev

Continuerez-vous à diriger le secteur classique de la Migros?

Oui. Nous pensons, tant du côté de Montreux que de celui de Zurich, que cela peut aussi générer de beaux croisements, avec l’invitation d’orchestres et d’artistes des deux côtés, sans conflits d’intérêts, concurrence ou rivalité, mais une complémentarité fructueuse.

Vous êtes aussi chef d’orchestre. Dirigerez-vous au Septembre musical?

Non, certainement pas. Ma seule intervention éventuelle, mais pas encore définie, pourrait se situer dans la présentation d’œuvres ou de concerts, par exemple. Il faudrait pour cela que je me remette plus sérieusement au piano. Mais j’aime beaucoup ces moments d’échange d’avant concert.

S’il y avait un maître mot pour illustrer votre vision du futur Septembre musical?

Rêver. J’ai besoin de visions pour avancer et je voudrais faire rêver les gens et les faire voyager en cassant les frontières.

N’y a-t-il pas un risque d’imprimer votre propre goût au festival, en tant que musicien?

Cela peut toujours représenter un danger. Mais aussi un atout. On ne peut pas proposer quelque chose qui n’ait pas de personnalité. Mais je ne fais jamais rien qui aille contre le plaisir du public. Ce serait une aberration. Je souhaite juste l’entraîner sur d’autres chemins magnifiques. Comme on emmène des proches en randonnée dans des endroits magiques qu’ils ne connaissent pas.

Votre vie a été émaillée de belles et fortes rencontres…

Oui, c’est peut-être aussi pour ça que j’ai envie de provoquer le même genre de déclics.

Quels sont ceux qui vous ont marqué?

Pour ce qui est du piano, mon maître aura été Alexis Weissenberg pour son ouverture à l’inconnu. Il n’avait jamais peur de se lancer dans des défis. C’est l’homme le plus cultivé et intelligent que j’aie connu. Il représentait une modernité épanouie. C’était une force de la nature. Nikita Magaloff: la noblesse, l’élégance de l’être, une personne d’une grande classe et d’une magnifique douceur. Deux chefs m’ont transformé: Georges Prêtre, le rebelle, le pirate de la musique. Sa volonté et sa soif de vivre, de partager et de connaître étaient gigantesques. Mariss Jansons, lui, m’a apporté la maîtrise de la baguette, la précision rythmique. Il n’y a pas un seul de ses gestes qui ne soit réfléchi. Il est un grand maître, qui a une connaissance hors pair des partitions.

Et Peter Ustinov?

C’était un génie, qui transportait ses innombrables racines partout. Il était un ambassadeur du monde. Et son humour, sa philosophie de la vie était un enchantement. Un être inspirant.

https://www.septmus.ch, http://www.migros-kulturprozent-classics.ch/fr

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a