«Je suis née en 1973 à Grenoble. Mes jeunes parents […] n'ont jamais pris au sérieux mon hobby de DJ. Moi non plus, jusqu'à ce que je me rende compte que je gagnais ma vie avec ça. Aujourd'hui, mon père a une photo de moi sur son bureau, ma mère va écouter Laurent Garnier dans des clubs en Espagne, et je me sens chanceuse.» De ce franglais las qui chavire les cœurs mélomanes depuis quelques saisons, Miss Kittin lance son dernier mix en forme d'autoportrait sonore. Avec Radio Caroline, sélection recherchée de plaques sensibles, la Française livre à ses fans une forme inédite de journal intime, jalonné de notations vocales détaillant les joies et difficultés d'une musicienne en cours de canonisation.

Grenobloise exilée à Berlin après quelques années passées à Genève, Caroline Hervé est aujourd'hui l'une des figures les plus en vue de la génération numérique. Une star d'un nouveau genre, gérant sa célébrité avec la modestie que lui confèrent ses origines électroniques. Invitée à mixer devant un million de personnes à la Love Parade de Berlin, approchée par quelques géants de la pop (Sven Väth, Björk et même Madonna, chuchote-t-on), la DJ ne manque pas d'honorer ses mandats réguliers au club genevois Weetamix. Un paradoxe qu'induit sa carrière hybride, mélange de starisation pop et de dee-jaying pur et dur.

Révélée au grand public par sa collaboration avec son compatriote The Hacker (First Album, 2001), brûlot électro-pop gorgé d'aphorismes salaces, Miss Kittin y apparaissait en infirmière dominatrice, dynamitant l'univers aseptisé de l'électronique instrumentale. Depuis, son personnage sexy-trash a parcouru tout le spectre des musiques numériques (Felix Da Housecat, Golden Boy), jusqu'à rejouer à sa manière décadente l'hymne érotique de Gainsbourg «Je t'aime, moi non plus».

Aujourd'hui, si son double extraverti entre pour beaucoup dans l'attrait irrésistible que suscite la jeune femme au-delà du giron de l'électronique, Radio Caroline vient à propos rappeler combien le respect dont elle jouit dans ce milieu se fonde sur une virtuosité et une intelligence des climats musicaux hors pair. Provocatrice et fragile tout à la fois, glamour et discrète, Miss Kittin disperse au gré de ses multiples apparitions les pièces d'un puzzle intime que le monde entier n'a pas fini de débrouiller.

Miss Kittin, Radio Caroline Volume 1 (Mental Groove/Namskeio).