Sur grand écran, leur trogne est plus délicieuse encore. Museau de lamantin et bouche morfale, petits yeux de crevette et pattes d’échassier – trois doigts, pas plus. Pourtant, on ne trouve pas plus humains que les personnages de Mix & Remix, ces êtres difformes capables d’incarner en quelques traits et bulles l’absurdité du monde, la nôtre. A la manière de ce spécimen esquissé assis sur sa chaise, façon penseur de Rodin des temps modernes: «Qui suis-je…? Je vais aller voir sur Wikipédia… Où vais-je…? Je vais brancher le GPS…»