Dans le cercle des défricheurs sonores, il faut désormais compter avec Mobile in Motion, un duo électronique qui se terre à Nyon.

C'est là, dans l'antre de leur home-studio respectif, que Christophe Calpini et Fred Hachadourian triturent et télescopent, depuis trois ans, des sons improbables, captés au gré du vent ou de balades. Une matière première recomposée, mi-juillet, dans Far Beyond My Thought Control, un premier album palpitant aux rythmes du jazz, composé, arrangé, produit et mixé par leurs soins. Ecrin qui contient encore la voix de velours, aérienne, d'Hachadourian.

D'une affinité élective entre trentenaires est né un disque visionnaire, situé aux confluents du jazz, du trip-hop et du hip-hop. Un projet en mouvement – il résulte de la compilation de trois albums jamais sortis – qui abolit plus encore les frontières stylistiques. Pour marcher sur les pas d'autres explorateurs tels Silent Majority ou Erik Truffaz, une famille artistique que Mobile in Motion connaît bien pour avoir collaboré avec elle, sur disque et en tournée.

Souffle de trompette et clapotis d'une goutte d'eau

Recueilli sur le label Synchrovision du DJ et producteur genevois Goo (autre membre du clan), après plusieurs demandes d'asile infructueuses à l'étranger, Far Beyond My Thought Control répand un son ample, propice aux climats en cinémascope que développent les deux compères. S'ils avouent un penchant pour les bandes originales de films, ils n'ont repiqué ici que deux dialogues pour les mettre en musique. Entre le séquençage sur un ordinateur Atari d'un souffle de trompette et le clapotis d'une goutte d'eau. Un univers fascinant et foisonnant à découvrir sur scène, ce soir, où le duo s'affiche avec un projectionniste et quatre musiciens. De l'abstrait, Mobile in Motion s'avance vers le concret.

Carte blanche au label Synchrovision: Mobile in Motion en concert. Vendredi 31 août à 21h, à l'Usine de Genève, Place des Volontaires 4. «Far Beyond My Thought Control» (Synchrovision/RecRec).