Avec ses murs rose pâle, ses néons multicolores et sa musique tropicalisante, la rotonde du Victoria and Albert Museum de Londres pourrait aisément être confondue avec une discothèque dans le Lagos des années 1980. Ce décor sert en fait d’écrin à la première exposition dédiée à la mode africaine par la vénérable institution fondée en 1852. Quelque 45 créateurs issus de 20 pays y sont représentés. Une large place est consacrée aux designers contemporains, dont les créations sont exposées sur des mannequins coiffés de nœuds bantous et de tresses africaines, aux traits inspirés par la modèle sud-soudanaise Adhel Bol.