«Le Temps» lance ses conseils confinement. Chaque jour, sept jours sur sept, à 17h en ligne, un livre, un film accessible à domicile, une série, un album ou un jeu vidéo à (re)découvrir.

Eclos en 1969 avec In the Court of the Crimson King, un album tissé de mellotron et brodé de flûte, King Crimson a montré la voie du prog rock, mais s’est rapidement tourné vers le jazz et a conclu sa première période sur la noirceur d’une musique implacable avec Red (1974).

Après un break de sept ans, le groupe anglais revient dans une nouvelle formation. Outre le guitariste Robert Fripp, l’âme du Roi cramoisi, et le batteur Bill Bruford, l’orchestre s’américanise en compagnie de deux cadors, le bassiste Tony Levin et le guitariste Adrian Belew. Discipline témoigne du stress des eighties naissantes en sept chansons névrotiques placées sous le signe du funk, de la fureur et de la frénésie. Fripp, instrumentiste éminemment cérébral, et Belew, un farfelu bruitiste qui a fait ses armes chez Zappa, Bowie et les Talking Heads, rivalisent d’inventivité. Le premier dessine des labyrinthes tortueux dans lesquels le second s’ébroue. Parfois, les rôles s’inversent: le prof discipliné se change en Minotaure et l’hurluberlu tisse les lacis inextricables. Levin tire de sa basse des sons énormes, Bruford structure ces démesures avec rigueur et intensité.

Parolier et chanteur, Belew stigmatise dans Elephant Talk le brouhaha du langage, ponctuant sa diatribe de barrissements guitaristiques pachydermiques; il confesse son désarroi devant un objet non identifié – une sculpture? son pénis? – dont il ne sait que faire (Indiscipline). Morceau panique, Thela Hun Ginjeet (anagramme de «The Heat in the Jungle») évoque de haletante manière la jungle urbaine. Les mots pleins de frayeur du chanteur ont été enregistrés à son insu alors qu’il racontait l’agression dont il venait d’être victime devant le studio. Enfin, mélopée lancinante structurée par un xylophone rudimentaire, The Sheltering Sky célèbre Un thé au Sahara de Paul Bowles dans un entrelacs d’arpèges arides, de nappes dissonantes et de stridences retenues comme des sanglots. Jamais la mélancolie des dunes où l’on va se perdre n’a été aussi justement exprimée que dans cet instrumental atmosphérique.


King Crimson, «Discipline», 1981.


Notre précédente suggestion: «The Valhalla Murders», le polar nordique qui rassure par temps de crise