Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Détail de la couverture

ROMAN

Moi, fils de «Permis C» 

Joseph Incardona s’inspire de son enfance entre un père italien et une mère suisse

Joseph Incardona est connu pour ses romans noirs au scalpel, flèches tirées dans la touffeur d’un 15 août sur l’autoroute pour «Derrière les panneaux, il y a des hommes», qui lui a valu le Grand Prix de littérature policière 2015. Changement de ton pour Permis C: s’inspirant de ses propres souvenirs, il signe un roman d’enfance, de construction intime, entre un père italien et une mère suisse, dans la Suisse romande des années 1970 et 1980. Une Suisse crispée vue par les yeux d’un enfant d’immigré. Chaleureux, évocateur, le roman s’attache aux étapes, aux crises qui font grandir.

Entre deux mondes, deux déménagements, deux écoles: l’univers d’André, le narrateur de 12 ans, est sans cesse chamboulé. Ses parents bougent selon les emplois du père. A chaque fois, en classe, il est soit le Nouveau, soit le Rital, soit les deux, et doit rendre les coups. Dans un quartier populaire qui ressemble à Meyrin à Genève, les enfants lancent des cailloux au petit qui débarque. Le père est plein de colère contre lui-même et contre ce pays d’accueil qui n’accueille pas vraiment. La mère fait face à la précarité familiale, avec des larmes et des anxiolytiques. La tension entre Suisses et Non-Suisses trouve son acmé dans un match de foot au pied des barres d’immeubles. Poussière, rage et sueur: toute la dignité familiale en quelques passes.

L’Italie revient aux vacances. L’enfant s’échappe avec Armando, le grand-père chasseur de lièvres et pêcheur d’oursins. Le soleil rend tout le monde «plus beau». Le retour dans la grisaille et les soucis est tout entier contenu dans l’annonce du train: «Wir treffen in Brig ein.»

La dernière partie du livre se concentre sur l’amitié avec Etienne, fils de scientifiques du CERN. Presque un livre dans le livre, cette histoire-là,
haletante et dramatique, sera celle de la sortie de l’enfance.

Joseph Incardona,«Permis C», BSN Press, 228 pages. Trois étoiles

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps