Genre: Roman
Qui ? Chantal Thomas
Titre: Le Testament d’Olympe
Chez qui ? Points/Seuil, 280 p.

L’ Ancien Régime finissant, son charme malade, ses turpitudes et sa beauté mélancolique, nul mieux que Chantal Thomas ne sait le saisir. Dans Les Adieux à la reine (Prix Femina 2002), elle suivait, dans son exil à Vienne, une dame de compagnie de Marie-Antoinette. Le Testament d’Olympe , paru en 2010, remonte un peu plus haut, sous le règne de Louis XV, le peu aimable «Bien-Aimé». La France d’en bas croupit dans une misère affreuse que rend plus révoltante le faste insultant de la Cour. Le roman suit la trajectoire de deux sœurs, Apolline et Ursule. Devenue Olympe, cette dernière est «formatée» par le duc de Richelieu, chargé de fournir des vierges au souverain. La Pompadour mettra vite un terme violent à l’ascension de la favorite. Apolline, qui a fui à son tour un père confit dans un sentiment religieux délirant, transmet le «testament» de cette sœur, un témoignage cruel du sort des filles qui veulent s’émanciper en cette fin de monarchie. Le parcours d’Apolline, moins éclatant, révèle ce qui attend une jeune fille honnête et pauvre: les brimades du couvent, les emplois de préceptrice, humiliée, maltraitée, violentée, et, dans le meilleur des cas, la prison dorée des femmes entretenues. L’écriture élégante de Chantal Thomas restitue parfaitement le trouble de l’époque.