Le monde spectacle romand a accueilli avec tristesse la nouvelle du décès de Bernard Haller vendredi. Beaucoup rappellent le côté spontané de ses sketches et l’attachement de ce Genevois à son pays d’origine.

L’humoriste Lova Golovtchiner, qui connaissait Bernard Haller depuis 50 ans, s’est dit ému et touché. «L’homme par son côté foisonnant, créatif, extraverti était pratiquement toujours en représentation», se souvient le directeur du théâtre Boulimie à Lausanne.

«Au milieu des Devos, Fernand Reynaud et Bedos, Bernard Haller avait une manière unique de mimer et bruiter ses récits», résume Lova Golovtchiner. Bernard Haller n’a jamais joué au petit théâtre lausannois, mais a régulièrement assisté à ses spectacles. Lova Golovtchiner l’avait invité pour la 500e émission satirique «Le fond de la corbeille» de la TSR.

En hommage, la Télévisions suisse romande (TSR) a programmé deux émissions spéciales les 30 avril et 2 mai, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Il s’agira pour l’une d’elle d’une retransmission d’un entretien réalisé en 2006 avec le comédien. «Prêt à partir»

Jean-Charles Simon se souvient lui de Bernard Haller comme d’un homme «prêt à partir dans toutes les aventures malgré son statut d’artiste mythique». «Bernard Haller était extrêmement sympathique avec les jeunes comédiens; c’était un modèle», a ajouté l’animateur de Aqua concert sur les ondes de la RSR.