Mondes

Ouverture du festival Visa pour l’image

Une fleur sur l’oreille, comme des écouteurs pour se couper du monde. Et une cicatrice sur le crâne qui évoque le bandeau du casque. La jeune fille a la bouche ouverte et les yeux mi-clos; elle pourrait chanter. Elle est pensionnaire dans un foyer pour handicapés mentaux, en Russie. Ce reportage vaut à Anastasia Rudenko le Prix Canon de la femme photojournaliste 2015, qui lui sera remis dans le cadre de Visa pour l’image, à Perpignan. Le festival démarre ce samedi pour deux semaines et propose quelque 25 expositions sur les enjeux planétaires.

Visa pour l’image, jusqu’au 13 septembre à Perpignan.www.visapourlimage.com