«Light-show psychotrope, huiles de couleur et projections diverses», assurait la promotion des Eurockéennes à propos du concert de Monster Magnet. En fait, Dave Wyndorf et sa bande ont fait jeudi soir une entrée discrète et se sont contentés de leur seule musique. Les effets psychédéliques annoncés ont brillé par leur absence. Pour leur défense, il est 20 heures et il fait encore jour, un handicap réel pour la prestation annoncée. Monster Magnet a donc laissé les effets pyrotechniques au suivant, Metallica, vedette incontestée de la soirée, mais dont le show est resté très professionnel.

Devant un public clairsemé et encore sonné par la terrible averse qui vient de s'abattre sur le site de Malsaucy, Monster Magnet a joué franc jeu, conscient que la majorité de l'assistance avait fait le déplacement pour Metallica. Les rois du stoner rock ont fait hurler leurs guitares pendant 50 minutes, donnant toute leur énergie pour offrir un spectacle mémorable aux trop rares adeptes de ce style en pleine expansion. Cheveux longs, jeans et gilet en cuir, pull sans manches: les quatre joyeux drilles ont fait honneur à leurs grands frères spirituels, Led Zeppelin et Black Sabbath.

«Sex, drugs & rock and roll», clame Dave Wyndorf dans son micro, la tignasse collée sur le front par la sueur; mais le public reste avachi. Il demande alors violemment «Are you ready for Metallica?» à plusieurs reprises, ce qui semble sortir les fans de leur léthargie. La réponse est immédiate et cinglante, puisqu'une clameur s'élève enfin. Une réponse plus qu'attendue, vu le nombre de T-shirts à l'effigie du groupe américain au mètre carré! Bon joueur, il s'excuse: «C'est parce que vous n'avez jamais vu de concert de Monster Magnet…» Alors que la pluie recommence à tomber, le groupe entame un ultime Space Lord retentissant, puis quitte la scène sans se retourner. Sans rancune.