Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Robbie Coltrane en vedette traînée au tribunal.
© Channel 4

série TV

«Monstre sacré», et soudain le héros populaire est accusé de viol

Arte montre ce jeudi soir une mini-série anglaise racontant l’histoire d’un comique de TV accusé de viol. Robbie Coltrane brille dans ce rôle tout en ambiguïtés

L’accusation tombe, sous la forme d’un mandat brandi par une policière, le lendemain d’une soirée de gala. Vedette de TV devenue puissamment populaire grâce à une émission comique conduite avec un compère, Paul (Robbie Coltrane, vu dans les Harry Potter et, bien avant, dans la mythique série policière Cracker) est accusé de viol. Une deuxième charge viendra.

Un relent de l’affaire Navile

Arte dévoile ce jeudi soir Monstre sacré, mini-série anglaise en quatre volets créée par Jack Thorne pour Channel 4. Une star du petit écran mise en cause pour violences sexuelles? L’idée renvoie à Jimmy Savile, mort en 2011, tardivement pointé pour des centaines d’agressions, sur ses lieux de travail comme dans les hôpitaux qu’il soutenait par le biais d’une fondation.

Une revue de presse en 2012: De nouvelles têtes sont tombées à la BBC

En fait, Jack Thorne ne s’inspire de ce drame qu’avec distance; Jimmy Savile est même cité en son nom, comme collègue douteux de Paul, comme pour bien replacer l’histoire réelle du destin de Paul. Reste que la dimension populaire compte: le titre original de la mini-série, National Treasure, le démontre.

Un long doute

L’histoire repose sur un trio: Paul, l’accusé, sur lequel le doute va longtemps flotter; sa femme, qui a toujours accepté ses écarts et infidélités ordinaires au nom d’un arrangement de couple; et sa fille, toxicomane à la relation tourmentée avec son père, au point de semer elle aussi une graine de suspicion.

National Treasure se distingue par son traitement original, plus axé sur les dimensions relationnelles que sur l’enquête elle-même. L’enjeu central – y a-t-il eu viol ou non? – demeure, mais il est dévié, un peu, par des couches de questions, de moments précis et décisifs, et d’interférences familiales ou amicales, avec la position de plus en plus trouble du complice en humour. La vérité devra apparaître au tribunal, dans le dernier chapitre.

Robbie Coltrane, matière première

Ces épisodes marquent surtout par la performance de Robbie Coltrane, que l’auteur et le réalisateur utilisent comme une matière première, la forme même du drame. Ce corps toujours lourd, encombrant, déplacé avec une canne, que le personnage évoque à la barre en disant combien il le déteste; ce corps-là se fait l’émetteur des violences supposées et des émotions du moment. Il ne donne aucune excuse ni raison. Mais au moment d’une larme lors de la séquence dans la salle de tribunal, Robbie Coltrane impose une figure fictive majeure.


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps