Bien avant le Summer of Love et la vague hippie californienne de la fin des années 1960, il y a eu le Monte Verità. C’est là, sur un petit sommet surplombant Ascona et alors appelé Monescia, qu’une poignée d’idéalistes décidèrent au début du XXe siècle de fonder une petite communauté d’esprits libres. Leur idée? Vivre au plus près de la nature, dans un paradis terrestre loin de l’industrialisation galopante et des grandes villes, perçues comme une menace. Manger local et bio, privilégier un régime végétarien, pratiquer la méditation – ou l’introspection – et des exercices proches du yoga: les préceptes prônés par les adeptes du Monte Verità, dont feront notamment partie l’écrivain Hermann Hesse et la danseuse Isadora Duncan, étaient pour le moins en avance sur leur temps.