Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Hollywod Vampires, ou la rencontre de Joe Perry (Aerosmith), Johnny Depp et Alice Cooper.
© Ross Halfin

Festival 

Montreux 2018, année électrique

Le Montreux Jazz Festival a annoncé la création d’une nouvelle House of Jazz, qui verra le Petit Palais abriter un Jazz Club pour l’occasion agrandi. Mais c’est du côté du rock qu’il faut aller chercher les principales têtes d’affiche, de Jack White à Iggy Pop, en passant par Queens of the Stone Age, Alice In Chains et Hollywood Vampires, formation réunissant Johnny Depp, Alice Cooper et Joe Perry

Au premier coup d’œil, la programmation du Montreux Jazz Festival 2018 laisse augurer une 52e édition où les guitares feront la loi. Le directeur Mathieu Jaton l’avait déjà laissé entendre il y a quelques semaines, on en a cette fois la preuve: le rock sera largement représenté du 29 juin au 14 juillet. Et il y aura du lourd, avec la venue de Nine Inch Nails, Billy Idol, Jack White, Queens of the Stone Age, Iggy Pop, The Vaccines et Hollywood Vampires, une formation qui voit Johnny Depp, Alice Cooper et Joe Perry (Aerosmith) célébrer la décennie sauvage que furent les années 1970.

Il y aura du plus lourd encore avec une soirée métal franco-américaine réunissant Igorrr, Gojira et Zeal & Ardor, mais aussi du plus lyrique avec Nick Cave et ses indéfectibles Bad Seeds, qui sont en train de vivre une des plus intenses tournées de leur déjà riche histoire – on en tient pour preuve un magnifique concert à l’Arena de Genève en novembre dernier.

Zoom sur le Jazz Lab

Derrière ce déluge de décibels promis, les scènes pop et folk seront elles aussi dignement célébrées, avec un accent plus marqué sur la jeune garde au-delà des têtes de gondole que sont par exemple les Français Etienne Daho et Charlotte Gainsbourg. Tandis que l’Auditorium Stravinski accueillera Anna von Hausswolff et Angus & Julia Stone, c’est principalement du côté du Jazz Lab que cela se passera, avec Valgeir Sigurdsson, Portugal The Man, Brigitte, First Aid Kit, Ben Howard ou encore Tamino, jeune songwriter belge qui a dans la voix un petit quelque chose de Jeff Buckley, comme on a pu s’en rendre compte durant les deux morceaux qu’il a interprétés en ouverture de la conférence de presse qui dévoilait mardi matin la ligne artistique du 52e MJF.

Une conférence de presse très musicale avec en clôture l’hypnotique et habitée Fleche Love, chanteuse romande à l’univers mouvant, dressant des ponts entre électro, hip-hop et musiques du monde. Un métissage que la manifestation lémanique continue de défendre, en témoigne la présence de Rag’n’Bone Man, Massive Attack, Jamiroquai, Mahalia, Leon Bridges, Gary Clark Jr., Jacob Banks, Khalid et même d’une certaine manière N.E.R.D, le groupe de Pharrell Williams, qui lors de son passage en solo en 2014 s’était fendu d’un concert aussi court que paresseux.

Genre éponyme

A ce stade se pose l’éternelle question de la place du jazz dans un festival qui en garde quand même l’appellation. Nouveauté cette année avec l’agrandissement et le déménagement du Jazz Club, qui quitte le Centre des congrès pour investir le Petit Palais, magnifique pavillon Belle Epoque géré au bord du lac par le Montreux Palace. Et qui va devenir, deux semaines durant, la House of Jazz.

Les amateurs de notes bleues pourront y écouter Stanley Clarke, Brad Mehldau, Avishai Cohen, Carla Bley, R+ R=Now (avec notamment Terrace Martin et Christian Scott), Chick Corea, Gregory Porter et Eivind Aarset. Les jazzophiles les plus aguerris trouveront probablement ce menu trop léger. D’autant plus que le Jazz Club accueillera également l’ex-Velvet Underground John Cale et le Brésilien Seu Jorge pour un hommage à David Bowie.

Le rap, enfin, est porté par le Californien Tyler The Creator, les Ecossais Young Fathers, le Français Lomepal, ainsi que par plusieurs représentants d’une scène belge en pleine explosion: Hamza, La Smala, Caballero & Jeanjass. Globalement, on dira que la programmation du MJF cuvée 2018 est équilibrée à défaut d’être transcendée par deux ou trois stars faisant tourner les têtes – ces Prince, Lady Gaga ou Stevie Wonder qui ont par le passé déchaîné les passions. Impossible, cette année, de mettre en avant un concert plutôt qu’un autre. Dans le fond, ce n’est pas plus mal. Reste néanmoins à savoir comment les festivaliers, alors que l’offre culturelle est en Suisse plus riche que jamais, vont réagir.


52e Montreux Jazz Festival, du 29 juin au 14 juillet. Billets en vente dès le mercredi 18 avril à 12h.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps