Claude Nobs rayonne. Le directeur du Montreux Jazz Festival décrit, comme un dépliant touristique, ses derniers séjours à Cuba et aux États-Unis; avant d'énumérer la liste interminable des sponsors et de soupirer devant l'ascension inexorable du dollar. L'hypertrophie de la manifestation lémanique n'est certes pas neuve. Mais il semble que chaque édition connaît son lot de croissance et de développement. Pour preuve, la multiplication des croisières musicales et celle des trains spéciaux roulant au rythme de jazz bands. Pour preuve également, le nombre toujours plus important de festivités annexes (scènes «off» en expansion, ateliers améliorés, concours de piano). Le Festival, doté d'un budget de 12 millions, est-il esclave de son succès, condamné à grandir pour ne pas sombrer? Quoiqu'il en soit, la programmation du «in» reste particulièrement éclectique. Comme de bons tenanciers de bar, les programmateurs du festival ne refusent a priori aucun hôte. Présentation des meilleurs clients, à écouter du 7 au 22 juillet.

• Les pilliers

Aucune surprise dans cette catégorie. B.B. King (me 12) fait partie des meubles. Pas une édition où le vétéran du blues soit absent. Et Van Morrison (sa 22) lui dispute la place du plus grand nombre de participations. Dans la série des rituels incontournables, le londonien Gilles Peterson et son label Talking Loud (sa 22), chantres des musiques électroniques les plus fédératrices, ne déroge pas à la tradition.

• Les occasionnels

Montreux aime aussi renouveler les invitations fructueuses. En musique africaine, par exemple. Le chanteur malien Salif Keita (sa 8) avait déjà donné un concert magnifique sur la scène de l'Auditorium. De même pour Youssou N'Dour (me 19), la voix de Dakar, qu'on ne se lasse pas d'entendre. Il y a aussi du jazz à Montreux. Le pianiste Brad Mehldau (me 19 et je 20), déjà venu au Festival en quasi inconnu, y revient en star confirmée.

• Les nouveaux venus

Le programme compte plusieurs événements, dont les concerts du claviériste-compositeur japonais Ryuchi Sakamoto (di 9), du combo rock Sonic Youth (me 12) et du pianiste de jazz lyrique Keith Jarret (lu 17). Plusieurs découvertes, aussi. Pour la première fois à Montreux seront présents l'exceptionnel joueur de kora Soriba Kouyaté (di 16) et la vocaliste , ex-Gus Gus, Emiliana Torrini (ma 18).

A signaler encore, une soirée en hommage à Serge Gainsbourg (di 9), sous l'égide et en présence de Jane Birkin. Alain Bashung, Alain Chamfort, M, Jacques Higelin et Miossec sont annoncés.

Montreux Jazz Festival, du 7 au 22 juillet, Locations: Ticketcorner et www.montreuxjazz.com