Le philosophe Norberto Bobbio, considéré comme la «conscience critique de la gauche italienne», est décédé vendredi à Turin suite à des problèmes respiratoires. Né en 1910, ce Turinois avait fait partie du groupe antifasciste «Giustizia e Liberta» (Justice et Liberté), et avait été emprisonné par le régime de Mussolini. Après la fin de la guerre, il choisit de se consacrer à la philosophie et non à la politique, mais il était toujours resté un point de référence dans le débat intellectuel. En 1994, il avait pris publiquement position contre Silvio Berlusconi, et écrit un de ses essais les plus connus «Droite et gauche» où il se prononçait contre la «nouvelle droite». Il avait été nommé sénateur à vie en 1984, un honneur réservé aux personnalités ayant rendu de grands services au pays.