La photographe Carole Alkabes n’aurait jamais pu imaginer qu’elle se retrouverait un jour à pister des squelettes à travers toute la Suisse. Là voilà pourtant, un beau jour de 2004, dans l’église Saint-Nicolas de Wil, dans le canton de Saint-Gall. Elle découvre alors, bouche bée, les reliques de saint Pancratius, somptueusement mises en scène dans une posture de guerrier (voir ci-dessus). Elle qui était à la recherche d’inspiration en vue d’une série de photos sur le thème de la mort, la voilà servie.

Elle ne le sait pas encore, mais commence alors pour elle, cinq années durant, une chasse aux trésors, d’église en cathédrale, de Wil à Olten, d’Arth à Porrentruy, à la recherche de ces saints martyrs trouvés dans les catacombes romaines à la fin du XVIe siècle, jadis sujets d’un culte fervent en Suisse, en Allemagne et en Autriche principalement, jusqu’à la moitié du XIXe siècle. Aujourd’hui, ces macchabées magnifiés, à des années-lumière du tabou qui entoure la mort de nos jours, prennent la poussière dans des cagibis. Ou alors au sein même des églises, mais si bien dissimulés derrière des tableaux que plus personne ne se souvient de leur présence.

Un côté Indiana Jones

«Pour ne pas lasser les fidèles, les saints martyrs étaient cachés derrière des toiles qui les représentaient. Les reliques n’étaient exposées que les jours de fête. J’ai exercé mon œil à repérer rapidement les symboles qui distinguaient les saints des catacombes sur les tableaux: une couronne de laurier autour de la tête, un rameau de palmier à la main et une épée. Il y avait un petit côté Indiana Jones…»

Carole Alkabes se souvient très précisément de l’expression du visage du curé d’Arth, dans le canton de Schwytz, quand elle lui a demandé de décrocher deux tableaux du mur de l’église pour regarder ce qu’il y avait derrière. Légèrement goguenard, pour ne pas dire incrédule. Et de sa stupeur quand saint Benedictus et sainte Flora se sont dressés devant lui dans leurs tenues d’outre-tombe.

Gardes suisses

Martyrs. Les reliques oubliées réunit les photographies saisissantes de ces saints aux tenues somptueuses. Carole Alkabes relate aussi de manière documentée l’étonnante histoire du culte des saints des catacombes dans le climat de la Contre-Réforme. Avec notamment le rôle central joué par les officiers de la garde pontificale dans le long voyage que devaient effectuer les reliques de Rome jusqu’en Suisse.


Carole Alkabes, «Martyrs. Les reliques oubliées», Favre, 216 p.