Livre

«Movieland», le cinéma à la carte

Le septième art regorge de chefs-d’œuvre, et il est parfois difficile de s’y retrouver. Pour favoriser l’exploration de ce vaste territoire de l’imaginaire, «Movieland» propose cinquante itinéraires thématiques, avec en prime une carte géante

Il faut traverser le désert du western pour atteindre la vallée de l’amour. Plus au nord, la contrée marrante offre un peu de répit aux amateurs de comédies. Les plus courageux peuvent s’aventurer dans la région des lacs horrifiques, en évitant soigneusement la mare aux zombies. A moins que la tentation de faire trempette ne soit trop grande. Ce monde imaginaire et farfelu est représenté sur une carte routière géante. Il suffit de la déplier pour explorer la riche histoire du septième art.

Le plan fictif est glissé dans Movieland («le pays des films»), un imposant ouvrage imaginé par le journaliste français David Honnorat. Sa folle aventure a débuté en 2017 avec le lancement d’une campagne de financement participatif. Dessiner la carte lui a demandé pas moins de 300 heures de travail. «Ce livre est une invitation au voyage. Inutile pour autant de faire vos valises, l’idée est de sillonner le monde sans bouger de chez vous», précise l’auteur dans l’introduction.

Pour tous les goûts

Le périple n’est pas de tout repos: le livre recense plus de 1800 films. Cela va de L’Empire contre-attaque au Couteau dans l’eau, en passant par Bambi. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. Le spectateur confirmé crapahutera avec délices sur les chemins escarpés du cinéma tandis que le débutant trouvera son bonheur sur des sentiers balisés.

Le livre est découpé en cinquante itinéraires thématiques, bien loin des classifications traditionnelles. Le premier parcours, pensé pour les novices, propose une balade dans des parcs d’attractions. Bienvenue à Zombieland ou Jurassic World. Cest la promesse d’un monde merveilleux et hostile. D’autres préféreront la découverte de films avec un retournement spectaculaire, comme Citizen Kane et son célèbre mot «Rosebud».

Les cinéphiles accomplis pourront se confronter à l’horreur de la guerre, à hauteur d’homme. Avec cette question: où se situe la frontière entre le bien et le mal? Ils exploreront également des mondes où les personnages vivent avec la peur, comme dans Blade Runner, ou se laissent aller à des dérives charnelles. La randonnée s’avère déroutante et ludique. Chaque lecteur aura le plaisir de tracer son propre chemin et ainsi construire sa galerie de souvenirs. «La cinéphilie est un duvet cousu par notre mémoire, écrit David Honnorat. Vous n’avez plus qu’à vous blottir contre le septième art, et… faire de beaux rêves.»


Guide
David Honnorat
Movieland
Hachette Pratique, 264 p.

Publicité