Carnet noir

Le musicien canadien Leonard Cohen est mort

Le musicien canadien Leonard Cohen est décédé à l’âge de 82 ans, jeudi. L’interprète du fameux «Hallelujah» venait de sortir, en octobre, un nouvel album, «You Want It Darker»

Le musicien canadien Leonard Cohen, poète mélancolique et symbole d’une génération postsoixante-huitarde bercée par sa voix grave, est décédé à l'âge de 82 ans, a annoncé son entourage jeudi.

«C’est avec une profonde tristesse que nous informons du décès du poète, compositeur et artiste légendaire Leonard Cohen», a écrit son agent sur la page Facebook du musicien. «Nous avons perdu l’un des visionnaires les plus prolifiques et respectés du monde de la musique», poursuit le communiqué, indiquant qu’une cérémonie sera organisée à Los Angeles, en Californie, «à une date ultérieure». «La famille demande à ce qu’on respecte son intimité pendant son deuil», ajoute le communiqué.

Lire aussi:  La sobriété sombre de Leonard Cohen

Leonard Cohen vivait à Los Angeles. Il avait fêté le 21 septembre ses 82 ans avec un nouvel album hanté par la mort, noyant sa solitude dans des chansons toujours aussi noires. Avec sa voix grave toujours murmurée, Leonard Cohen s’interrogeait dans «You Want It Darker», son 14e album, sur la nature de l’homme et d’un dieu tout puissant.

Rangées de bougies

Dès l’annonce de sa mort, plusieurs dizaines de fans se sont rassemblés spontanément pour lui rendre hommage devant sa maison à Montréal. Sur les marches de pierre, au seuil de la maison en brique, au nord du quartier du plateau, des rangées de bougies sont allumées et quelques fleurs ont été déposées, comme aussi un chapeau qu’il aimait tant.

Lire aussi: Notre reportage à Montréal, avant sa première apparition au Montreux Jazz Festival en 2008

Sur le poteau d’un lampadaire, une affiche résume l’amour de la métropole québécoise pour son idole née il y a 82 ans dans un quartier à l’ouest de la ville. Toutes les générations sont représentées dans cet hommage et le silence laisse filtrer, via les téléphones portables, les mélodies les plus connues du musicien comme «Suzanne», «So Long, Marianne» ou encore «Seems so long ago, Nancy».

Sa chanson «Hallelujah» est honorée tout au long de la veillée avec, suspendues à un fil accroché sur la porte d’entrée, toutes les lettres du titre de ce qui est sans doute l’un de ses plus grands succès, sorti en 1984. C’est dans sa ville natale que Leonard Cohen s’est produit pour une de ses toutes premières fois, en 1967, et le maire de Montréal Denis Coderre a annoncé que les drapeaux seraient mis en berne en sa mémoire.

Des titres qui ont transcendé les générations

Né en 1934 dans une famille juive aisée de Montréal (Canada), Leonard Cohen a composé certains des hymnes les plus envoûtants des dernières décennies. Plusieurs générations ont fredonné et dansé sur ses titres les plus célèbres. «Suzanne» ou «So Long Marianne» illustrent, en 1967, un premier recueil de chansons marquées par le mal-être et le dépit amoureux.

Son album suivant, deux ans après, est à la fois marqué par des influences country avec «Bird on the Wire» - l’un de ses plus grands succès, repris par de nombreux artistes comme Johnny Cash ou Joe Cocker -, mais aussi par des titres plus sombres. «The Partisan», adaptation de «La Complainte du Partisan», ou encore «Seems so long ago, Nancy» reflètent cette noirceur.

Lire aussi:  Leonard Cohen, le chant des questions

«La musique de Leonard Cohen était comme nulle autre, mais a pourtant transcendé les générations», a salué sur Twitter Justin Trudeau, natif de Montréal comme lui. «Le Canada et le monde pleurent son départ», a regretté le premier ministre canadien.

Les drapeaux ont été mis en berne à l’Hôtel de ville de la métropole québécoise, a annoncé son maire, Denis Coderre, regrettant le départ d'«un géant».

Publicité