Dans le foisonnement des festivals d'été, Musique et Amitié occupe une place à part. A cause de son histoire, très particulière; mais aussi parce qu'il se paie le luxe de recréer chaque été son propre orchestre: le Sinfonia Helvetica. La formation se produisait mercredi soir à la Cour de l'Hôtel de Ville genevois. Dirigé par Grzegorz Nowak, il a montré toutes les qualités – et les limites – d'une formation qui ne renaît de ses cendres qu'une fois l'an.

C'est un festival né par amitié au bord du lac de Bienne. Amitié entre une mélomane et mécène, Violette Bangerter, et un chef d'orchestre, Grzegorz Nowak. La première avait hébergé le second en 1984, lors de l'étape biennoise du Concours de direction d'orchestre Ernest Ansermet, émanation du Concours international d'exécution musicale de Genève (CIEM), que le musicien polonais avait remporté. Quelques années plus tard, l'idée du festival Musique et Amitié a vu le jour, lors d'une réunion d'anciens lauréats du CIEM, qui tous avaient bénéficié à Bienne de l'hospitalité de Violette Bangerter. La manifestation se partage aujourd'hui entre Bienne, Genève (une soirée en coproduction avec les musiques en été de la Ville de Genève) et la ferme «Le Milan» à La Roche (FR), pour deux concerts de musique de chambre.

Malgré ses moyens réduits, le festival arrive à proposer une demi-douzaine de concerts. Comble du luxe, il les fait enregistrer par le preneur de son du Carnegie Hall de New York. Une collection de CD conserve ainsi la trace des meilleurs moments du festival. Cette année, les concerts de musique de chambre à La Roche (vendredi dès 17 h) donnent à entendre, à côté de Mozart et de Schubert, plusieurs partitions du XXe siècle, de Ginastera, Schönberg, Janácek et Barber. Le pianiste Pascal Rogé donne un récital samedi à 17 h 15 à la Fondation Saner-Studen à Bienne (Brahms, Beethoven, Debussy).

Pour les concerts symphoniques, Grzegorz Nowak a choisi des œuvres de Rossini, Schumann, Mozart, Saint-Saëns, Moniuszko et Rachmaninov. De ce dernier, le pianiste Krystian Zimerman, qui accepte de jouer sans cachet, par amitié bien sûr, interprétera le célèbre 2e Concerto (dimanche à 17 h, Palais des Congrès de Bienne). Samedi soir à Bienne (Palais des Congrès, à 20 h 30), le Sinfonia Helvetica reprend le programme présenté mercredi dernier à Genève, où l'on a pu apprécier, dans le Concerto en la mineur de Schumann, le jeu à la fois fougueux et très posé du jeune pianiste argentin Nelson Goerner, ancien vainqueur du CIEM en 1990.

Festival Musique et Amitié, Bienne, jusqu'au 30 août. Loc. au tél. 032/323 70 43 (032/322 40 50 pour les deux concerts de vendredi à La Roche/FR).