On a souvent évoqué la capacité qu’ont les séries, les films aussi, à nous faire découvrir des musiques. Dans l’industrie américaine des séries, le poste de conseiller musical est devenu stratégique. De l’autre côté de l’écran, les spectateurs shazament à tout-va au fil des épisodes et des pépites sonores entendues. Il est plus rare, cependant, de rencontrer une figure, une personnalité dont on va prendre plaisir à arpenter les terres musicales ensuite.

C’est le cas de Max Richter. Les cinéphiles ont entendu ses partitions en voyant Mary Queen Of Scots ou Ad Astra. Les sériephiles qui ont découvert The Leftovers, l’une des plus grandes séries des années 2010, ont été foudroyés par les séquences musicales de Max Richter, qui touchent parfois au sublime.