Cette guitare est un territoire imbibé de pétrole, sur une voix si trafiquée qu’elle paraît venir de très loin, par des réseaux imparfaits; c’est un blues d’après le blues, d’après la pluie, c’est un blues du monde qui n’en finit pas de s’achever. On tombe sur ce premier morceau, Hotel Stellar, la voix d’Emilie Zoé qui chante que la chambre d’hôtel est triste comme un bord de mer, et celle de Franz Treichler qui lui répond de l’autre côté de la galaxie: «Le soleil peut-il tourner en pierre?» Cela crisse, cela croque, sur des lits de mouettes digitales. Espace illimité, le trio /A\ est né au moment précis où tout se recroquevillait.