Quand il partait en vrille, Daniel «Nunusse» Bourquin ébranlait la terre et les cieux. C’était un barrissement antédiluvien qui jaillissait de son sax, une éventration tellurique, le souffle du big bang… Sous ses dehors bourrus, moustache de hussard, crâne protubérant couronné d’une tignasse en pagaille, le musicien éruptif était plein d’une tendresse qui faisait chatoyer les ballades. Le musicien s’est éteint mardi après-midi dans un EMS lausannois à l’âge de 77 ans.