cinéma

«Le mystère Henri Pick»: le pizzaïolo avait des lettres

Flairant l’imposture, un critique littéraire mène l’enquête sur un best-seller dans une joyeuse comédie entraînée par Fabrice Luchini et Camille Cottin

Brillamment écrit, truffé de subtiles références à Pouchkine, le roman posthume d’Henri Pick est un best-seller. Jean-Michel Rouche (Fabrice Luchini), animateur de talk-show et redoutable critique littéraire, Pivot en plus volubile, Busnel en plus carnassier, refuse de croire qu’un modeste pizzaïolo breton, peu féru de littérature, ait écrit en secret un livre aussi puissant. Soupçonnant l’imposture, il mène l’enquête, entre littoral breton et salons parisiens, auprès d’une éditrice junior ambitieuse et de la fille de l’auteur putatif, Joséphine Pick (Camille Cottin).

Rémi Bezançon est un gentil cinéaste du milieu dont les films, tels Un heureux événement ou Premiers Crus ont des vertus lénifiantes. David Foenkinos, un des cinq plus gros vendeurs de livres en France, devrait se tenir à l’écart du cinéma: La délicatesse est un film consternant. Contre toute attente, l’alliance de ces deux figures aimables provoque quelques joyeuses étincelles dans Le mystère Henri Pick (ou «mystère empirique»?).