Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stephen Mangan (en Conan Doyle et Michael Weston (Houdini).
© Fox/ITV

série tv

«Les Mystères de Londres», la rencontre électrique d'Houdini et de Conan Doyle

La RTS montre dès ce dimanche une série sympathique, qui décrit une hypothétique concurrence policière entre le père de Sherlock Holmes et le fameux magicien

A l’automne de sa vie bien remplie, de l’encombrant Sherlock Holmes à ses interventions dans certains débats publics, Sir Arthur Conan Doyle est devenu acquis à la cause spirite, et même militant. La série Les Mystères de Londres exploite ce moment, accru par la rencontre, réelle, de l’écrivain avec le magicien Houdini. La RTS montre ces dix épisodes canado-anglais dès ce dimanche, une fiction sympathique, sans plus.

A propos du détective de Conan Doyle: Inoxydable Sherlock

Plus léchée que «Murdoch»

Houdini & Doyle, en version originale, commence par un anachronisme, puisque l’acteur qui campe le romancier, Stephen Mangan, est trop jeune. Passons le détail réaliste. Contrairement aux Enquête de Murdoch, qui souffrent de ressources limitées, la Londres décrite ici se révèle plutôt convaincante, même si les intérieurs sont privilégiés.

Où Conan Doyle devient semi-rationnel

Le principal ressort repose sur la concurrence entre Doyle et Houdini. Paradoxe malin, l’écrivain est montré comme un semi-rationnaliste, qui veut croire à un autre monde – et au fait que «la mort n’est pas la fin» comme glissé pendant le premier épisode. Dès lors, le magicien, le fabulateur de scène qu’est Houdini devient le plus rationnel des deux, ne songeant qu’à des procédés techniques et des motifs vénaux.

Car il est questions de crime. Chaque épisode, autonome, en contient, qui permettent d’opposer les deux cerveaux. L’arbitrage est assumé par une jeune femme, pionnière dans la police, puisqu’elle a atteint le grade d’agente. Triptyque atypique au service d'enquêtes électriques dans le brouillard victorien: une bonne idée pour les dimanches hivernaux.


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps