LE Boulevard

«Je n’ai jamais autant souffert!»

Laurent Deshusses, premier rôle de La Puce à l’oreille, raconte de l’intérieur les joies et les peines du comédien de Boulevard.

Facile, le boulevard? Pas pour les comédiens. En 2010, dans La Puce à l’oreille, Laurent Deshusses incarne avec brio le double rôle de M. Chandebise et de son sosie, Poche, un domestique. Il raconte le marathon que ce rôle a représenté.

«Le texte, déjà. Je n’ai jamais autant sué pour mémoriser une partition. Quand vous avez une suite de «ah, oh, mais quoi, non? si!», s’en souvenir dans le bon ordre relève du calvaire. J’ai commencé très longtemps à l’avance et n’ai cessé de répéter.»

«Pour le jeu, pareil. Aucun repos, c’est Survivor! Le personnage est en état de panique permanent. Dans une tragédie ou un drame, vous pouvez souffler. Dans un boulevard, impossible. On est comme des coucous qui sortent de leur boîte sans arrêt. C’est le texte qui fait le jeu, pas la psychologie. Notre mission? Dire les mots du tac au tac, sans répit et sans exagération. L’important, c’est la crédibilité.»

«Dans cette mise en scène, Julien George a poussé la logique des portes jusqu’à en aligner huit côte à côte, avec chacune un bruit caractéristique. Chaque soir, j’ai vécu dans la peur de me tromper de porte. On reprend le spectacle en mai 2014. Je me réjouis, mais c’est clair: dans le boulevard, les spectateurs ont plus de plaisir que les acteurs!»

Publicité