On n’échappe pas à Narcisse. On s’en croit détaché, il nous tombe dessus. Comme le héros d’Ovide, on poursuit une image de soi, tantôt jusqu’à l’obsession, tantôt jusqu’à la nausée. Fais le tour de ton visage et tu accéderas à l’inconnu qui loge en toi. A tes risques et périls, bien sûr. Au Théâtre de Vidy, un jeune musicien et metteur en scène hongrois, David Marton, imagine avec Narcisse et Echo une partie de chasse pour cinq interprètes musiciens merveilleusement atmosphériques.