Spectacle

Narcisse brise la glace en beauté

Le jeune metteur en scène hongrois David Marton plonge dans un bain musical le plus gracieux des héros mythologiques. Le sortilège opère au Théâtre de Vidy

On n’échappe pas à Narcisse. On s’en croit détaché, il nous tombe dessus. Comme le héros d’Ovide, on poursuit une image de soi, tantôt jusqu’à l’obsession, tantôt jusqu’à la nausée. Fais le tour de ton visage et tu accéderas à l’inconnu qui loge en toi. A tes risques et périls, bien sûr. Au Théâtre de Vidy, un jeune musicien et metteur en scène hongrois, David Marton, imagine avec Narcisse et Echo une partie de chasse pour cinq interprètes musiciens merveilleusement atmosphériques.

Dans l’air, un chant d’abord auquel se mêle le refrain de la mer. Devant vous, cinq serres cubiques, mobiles sur leurs roulettes, au verre teinté, rouge peep-show, jaune interlope, orange électrique. Ces îlots sont des paradis artificiels. Un homme en gilet déboule sur scène, vif comme le devin Tirésias, celui qui prédit le destin de Narcisse, ce coureur qui, à force de briser des cœurs – celui de la belle Echo d’abord –, se verra condamner à chérir son propre reflet.