Elle prendra cet été ses fonctions de directrice de la danse au sein de la prestigieuse institution de l’Opéra de Paris. Mais avant, Aurélie Dupont s’accorde quelques derniers sursis, comme ce Gala auquel elle participera lundi soir à Genève. En duo avec Alessio Carbone, premier danseur à l’Opéra de Paris, la danseuse étoile chaussera ses pointes en faveur de la Fondation Crescendo con la Musica, créée par le pianiste d’origine mexicaine Jorge Viladoms. L’association, créée en 2012, a pour but d’offrir à des enfants mexicains défavorisés un accès à une formation musicale.

Le Temps: Vous prendrez officiellement vos fonctions de directrice le 1er août 2016. Cela privera-t-il définitivement vos fans de vos prestations scéniques?

Aurélie Dupont: Non, mon statut ne sera pas incompatible avec la scène, mais je n’en ferai certainement plus autant. Par contre, je continuerai à suivre tous les matins la classe avec les danseurs de la compagnie de l’Opéra de Paris.

- Comment avez-vous connu la Fondation Crescendo con la Musica et son président, le jeune pianiste Jorge Viladoms, accessoirement professeur au Conservatoire de Lausanne?

- C’est mon partenaire de longue date, le danseur étoile Hervé Moreau qui m’a présenté Jorge. J’ai dansé pour la première fois en faveur de la Fondation le mois dernier au Mexique. Genève est ma seconde représentation, il y en aura sûrement d’autres. Jorge a le don de rassembler de bons artistes, capables de travailler ensemble. Lundi, nous partagerons la scène avec la soprano française Natalie Dessay, accompagnée au piano par Philippe Cassard. Nous sommes tous des coups de cœur de Jorge.

- Vous danserez sur du Schubert, du Mendelssohn. Qu’évoque pour vous cette musique?

- J’adore! Je raffole du piano, j’aurais rêvé être concertiste. Danser sur la simplicité de Schubert, en live, c’est magnifique. Lorsque Jorge joue sur scène, je me dis que c’est l’une des choses que je préfère en danse. C’est différent d’un accompagnement caché dans une fosse, l’instrument fait partie intégrante du spectacle. Il y a alors un véritable duo entre le couple de danseurs et le pianiste. Ça me plaît beaucoup. On pourrait se satisfaire de récupérer des fonds pour l’Association, par envie d’aider les enfants, mais si je participe à ce Gala, c’est aussi pour le plaisir que je retire d’être en scène avec ces artistes. C’est tellement inspirant d’avoir Jorge en scène avec nous!

- Vous danserez accompagnée de la cantatrice Natalie Dessay?

- Non, je n’ai pas d’interaction avec elle. Enfin, sauf si je me lance dans une impro, mais ce n’est pas prévu.

- Et vous profiterez de votre venue pour passer du temps à Genève?

- Non, j’avais prévu d’emmener mes deux jeunes fils avec moi mais je ne pourrai finalement pas. J’arrive dimanche soir pour repartir mardi. Dommage, car j’aime beaucoup ce coin de la Suisse.


Gala Crescendo con la Musica

Lundi 13 juin 2016 à 19h30, au Bâtiment des Forces Motrices à Genève