Ultime coup de théâtre à l’OSR! Le jeune chef japonais Kazuki Yamada, pressenti pour prendre la succession de Marek Janowski dès 2012, décline le poste de chef titulaire. Les raisons ne sont pas encore claires, mais il se peut qu’il ait jugé la responsabilité trop écrasante vu son jeune âge (31 ans), qu’il souhaite se frotter à d’autres orchestres (qui le courtisent peut-être d’ailleurs) avant de se décider. Metin Arditi, président de la Fondation de l’OSR, et Steve Roger, administrateur général de l’OSR doivent s’exprimer en cette fin d’après-midi. Quoiqu’il en soit, le choix de Neeme Järvi s’avère plutôt une sage décision, vu l’envergure de l’artiste et sa solide expérience dans le domaine de la direction d’orchestre.

Rappelons que l’OSR, après s’être brouillé avec Bertrand de Billy en raison d’un soulèvement des musiciens qui se sentaient écartés de la phase de recrutement, avait jeté son dévolu sur le jeune chef japonais Kazuki Yamada. Celui-ci avait fait sensation lors d’un concert en juin dernier au Victoria Hall de Genève. Le public avait plébiscité ce talent inattendu, les musiciens eux-mêmes s’étaient épris de sa personnalité et de sa musicalité. Metin Arditi et Steve Roger, appuyés des membres de la commission chargée de dénicher l’oiseau rare, étaient alors revenus sur leur décision. Plutôt que de soumettre aux musiciens le nom d’un chef expérimenté qu’ils avaient déjà en tête, ils avaient misé sur Kazuki Yamada. Une prise de risques maximale qu’ils espéraient payante.

Or le sort en a décidé autrement. Neeme Järvi, père des deux chefs d’orchestre Paavo et Kristjan Järvi, est un chef de l’ancienne école. En cela la transition avec Marek Janowski paraît couler de source. Sa grande qualité, c’est d’être un travailleur efficace et de posséder un répertoire immense. Neeme Järvi a profité de l’essor du CD dans les années 1980 et 1990 pour enregistrer un nombre phénoménal de disques, notamment l’œuvre d’orchestre de Stravinski avec l’OSR sous le label britannique Chandos (y compris Oedipus Rex et la Symphonie de Psaumes). C’est une personnalité ouverte, non compliquée, un chef généraliste qui, à défaut d’avoir épousé la révolution sur instruments d’époque (à l’image de son fils Paavo), a les épaules larges. Il fut le chef principal de l’Orchestre symphonique de Göteborg de 1982 à 2004 et le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Detroit de 1990 à 2005. Il a aussi dirigé au Metropolitan Opera de New York. Quant à Kazuki Yamada, le jeune chef nippon sera chef invité privilégié de l’OSR pendant trois ans, de 2012 à 2015.