«Mais… est-ce qu'un Nègre a une âme? sauf vot'respect Votre Honneur, fit le Caporal (d'un ton dubitatif).

Je ne suis pas très-versé, Caporal, dit mon oncle Tobie, dans les questions de ce genre; mais je présume que Dieu n'eût point voulu laisser un Nègre plus dépourvu que toi ou moi ––––

–––– Ce serait une cruelle injustice que de mettre un homme sur un tel pied de supériorité par rapport à un autre, fit le Caporal.

Assurément, dit mon oncle Tobie. Alors pourquoi faut-il, soit dit sans v'loir offenser votre Honneur, qu'une servante noire soit plus mal traitée qu'une blanche?

Je n'en puis donner nulle raison, fit mon oncle Tobie ––––

–––– La seule raison, s'écria le Caporal en hochant la tête, c'est qu'elle n'a personne pour la défendre! ––––

–––– C'est là, justement, L'Astiqué, fit mon oncle Tobie, ce qui la recommande à notre protection et ses frères avec; ce sont les hasards de la guerre qui nous ont mis à la main le fouet que nous tenons aujourd'hui –––– où on le brandira peut-être demain, Dieu seul le sait! –––– mais où que ce soit, le vrai brave, lui, L'Astiqué!, n'en usera point sans bienveillance.

–––– Dieu l'en préserve! fit le Caporal.

Amen! répondit mon oncle Tobie en posant la main sur son cœur.»

«La Vie et les opinions de Tristram Shandy», Volume IX, chapitre VI, p. 843