Culture

Neuf nouvelles inédites de Proust émergent de l’ombre

«Le Mystérieux Correspondant» paraît mercredi aux Editions de Fallois

Neuf nouvelles inédites de Marcel Proust, réunies sous le titre Le Mystérieux Correspondant, paraissent mercredi aux Editions de Fallois, avec un tirage à 10 000 exemplaires. Œuvres de jeunesse, ces textes n’avaient pas été retenus par Marcel Proust pour son premier recueil publié en 1896, Les Plaisirs et les Jours. Ces nouvelles, sur lesquelles nous reviendrons samedi dans les pages Livres du Temps, permettent de suivre les premiers pas de l’auteur d’A la recherche du temps perdu et de voir combien toute sa palette thématique future est déjà en place: les souvenirs, la musique, la mort, le deuil, l’homosexualité. Ce dernier thème parcourt l’ensemble du recueil qui paraît aujourd’hui. Parmi les hypothèses qui expliqueraient que ces textes aient été écartés par le jeune Proust, les Editions de Fallois retiennent celle de ne pas avoir voulu «heurter un milieu social où prévalait une forte morale traditionnelle».

Dernières volontés

Comme souvent avec les inédits d’écrivains, c’est un concours de circonstances étonnant qui permet aujourd’hui la mise au jour de ces trésors, jamais publiés jusqu’ici, même en revue. Décédé en janvier 2018, l’éditeur Bernard de Fallois avait consacré dans les années 1950 une thèse, restée inachevée, sur Marcel Proust (elle vient d’être publiée, sous le titre Proust avant Proust, aux Belles Lettres). Bernard de Fallois a aussi été le découvreur et l’éditeur du roman de jeunesse de Marcel Proust Jean Santeuil. Comme il le raconte dans Le Figaro, Dominique Goust, qui a succédé à Bernard de Fallois à la tête des éditions du même nom, a été appelé pour aider au triage des documents et archives que le défunt souhaitait déposer à la Bibliothèque nationale.