Et si les spoilers ne gâchaient rien et augmentaient même le plaisir du visionnage? C’est la conclusion des études menées par l’américain Nicholas Christenfeld, enseignant-chercheur en psychologie à l’Université de California, San Diego. En 2011 déjà, il publiait, avec son collègue Jonathan D. Leavitt, l’article Story Spoilers Don’t Spoil Stories.

Lire aussi: Spoilers, c’est grave docteur?