Spoilers

Nicholas Christenfeld: «Les spoilers aident à apprécier une histoire»

Pour le chercheur américain en psychologie, l’importance donnée aux spoilers est démesurée, puisqu’ils n’ont pas d’effet négatif sur l’appréciation d’une œuvre… Bien au contraire

Et si les spoilers ne gâchaient rien et augmentaient même le plaisir du visionnage? C’est la conclusion des études menées par l’américain Nicholas Christenfeld, enseignant-chercheur en psychologie à l’Université de California, San Diego. En 2011 déjà, il publiait, avec son collègue Jonathan D. Leavitt, l’article Story Spoilers Don’t Spoil Stories.

Lire aussi: Spoilers, c’est grave docteur?