C'est à Nicole Minder, 44 ans, que revient la tâche difficile de diriger l'antenne romande du Musée national au moment où l'on entreprend une réforme des musées de la Confédération. L'Office fédéral de la culture (OFC) a annoncé hier sa nomination, en remplacement de Chantal de Schoulepnikoff, qui part en retraite.

Nicole Minder, née à Saint-Prex (VD), est conservatrice du cabinet cantonal des estampes à Vevey depuis dix-huit ans. Licenciée en sociologie et en anthropologie, elle a étudié l'histoire de l'art à Londres et à Lausanne. Elle est également diplômée en gestion culturelle, son mémoire portant sur la mutation des cadres juridiques et financiers des musées. «J'ai toujours eu un intérêt très large pour la culture. Je pense que le Musée national en Suisse romande doit être le porte-parole d'une identité, suisse bien sûr, mais en particulier romande. L'ancrage régional est important. Prangins doit servir de relais aux musées de toute la région francophone.» Nicole Minder pense qu'il est essentiel que la Confédération s'engage «non seulement du point de vue patrimonial, mais joue un rôle dans le paysage muséal» afin d'avoir une vision globale sur un patrimoine très éclaté.

Helen Bieri Thomson, ancienne directrice de la Fondation Neumann à Gingins (VD), assurera l'intérim jusqu'au 1er novembre, puis deviendra l'adjointe de Nicole Minder au Château de Prangins.