Un accident, une seconde où la vie dérape, et les conséquences sont fatales. Dans l’immédiat, comme par la suite. Le jury du Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) a primé samedi Super Dark Times, film américain qui reprend la thématique des affres adolescentes. Durant les années 1990, dans une petite ville encerclée par la campagne, des amis jouent dans un pré avec un sabre. Cela tourne mal, très mal. Et le drame engendre une inexorable logique de violence.

Lire aussi: Quatre pépites pour la fin du NIFFF

Le jeune réalisateur américain Kevin Phillips – fils d’un chocolatier, précisent les responsables du NIFFF – tisse son ouvrage à propos de cette thématique classique en jouant sur les silences, les lignes de fuite, l’ombre sous laquelle couve la brutalité.

Une daube et des perles

La compétition du NIFFF se singularise souvent par son caractère inégal, et ses jurys successifs par leurs choix bizarres. Cette année, la qualité d’ensemble s’est révélée remarquable. Le concours principal comptait bien le stupide métrage à racolage YouTube Le Manoir – pas même un navet, il eût alors été drôle –, mais pour le prix majeur, la concurrence était vive. On peut citer la féerie poétique belge Mon Ange, ou Bitch, épatante allégorie sur une mère de famille qui craque, ou le nouveau coup de maître d’Alex de la Iglesia, El Bar.


Au NIFFF cette année

Composé d’Européens et d’une Libanaise, le jury, qui comprenait le Français Eric Valette – lequel a par ailleurs présenté son brillant thriller Le Serpent aux mille morsures –, a manifestement été charmé par la subtilité de Kevin Phillips, ancrée dans son terreau américain.

A noter que la nomination pour le concours européen au Méliès d’argent revient à El Bar. Au NIFFF, la critique internationale a consacré The Endless, une passionnante science-fiction minimaliste américaine à propos de deux frères revenant dans la secte dans laquelle ils ont grandi.

Deux autres prix sont à souligner. Le public du festival fait les yeux doux à Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable. La venue tant attendue de Miike Takashi à Neuchâtel trouve ainsi son épilogue sous forme de plébiscite populaire.

«Trapped», un film à voir

Mais aussi, le prix orienté Asie est décerné à Trapped, l’un des chocs de cette 17e édition du NIFFF. Ce film de Vikramaditya Motwane raconte le calvaire d’un jeune homme qui, pour bien accueillir la femme qu’il rêve d’épouser, loue un appartement dans un complexe inachevé d’une banlieue de Bombay… et dans lequel il s’enferme accidentellement.

Ou comment se retrouver seul dans une ville qui compte des millions d’habitants. Le film mérite d’être recommandé tous azimuts, à voir quels que soient les canaux. Cette seule découverte souligne l’intérêt de rendez-vous tels que le NIFFF.