Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
David Cronenberg lors d'un hommage à Beaune, avril 2018.
© Sylvain Lefevre

fantastique

Le NIFFF s’offre David Cronenberg

Le cinéaste de «Videodrome», «The Dead Zone» et «A History of Violence» présidera le jury du Festival du film fantastique de Neuchâtel

Après John Landis, Dario Argento ou John Carpenter faisant son concert, le Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s’offre un nouveau réalisateur de prestige pour présider son jury. L’événement, qui aura lieu en juillet, accueillera le cinéaste canadien David Cronenberg, chargé d’animer les débats à propos des 16 films qui seront en compétition.

Le festival se réjouit d’inviter un «précurseur du cinéma de genre moderne»: «De 1975 à 1996, Cronenberg imprime sa marque dans l’histoire du cinéma fantastique avec des films tels que Shivers (1975), Rabid (1977), The Brood (1979), Scanners (1981) ou Videodrome (1983).» Il a ensuite réalisé The Dead Zone, avec Christopher Walken, récemment passé à Lausanne. Il s’est encore illustré par des films singuliers, A History of Violence (2005), Eastern Promises (2007), Cosmopolis (2012) et Maps to the Stars, il y a quatre ans.

Lire aussi: Christopher Walken: «Je suis quelqu’un d’ennuyeux»

Quatre films commentés

Ces dernières années, le festival de Neuchâtel avait déplacé un peu son curseur vers les séries TV, avec les accueils de George R. R. Martin en 2015 puis de Chris Carter l’année suivante. Il retrouve ainsi sa tradition de proposer la rencontre de grands noms du fantastique.

David Cronenberg proposera quatre films au titre d’une carte blanche: The Incredible Shrinking Man, de Jack Arnold (en 1957), Woman in the Dunes, du Japonais Teshigahara Hiroshi (1964), L’heure du loup, d’Ingmar Bergman (en 1968, les 50 ans seront sans doute évoqués), et Spririts of the Dead, Toby Dammit ou Histoires extraordinaires, films à sketches de Federico Fellini, Roger Vadim, Louis Malle, en 1968 aussi.

Un open air en ville

Sur le plan local, l’édition 2018 du NIFFF aura pour particularité de poser son open air en pleine ville, puisqu’il aura lieu sur la place des Halles; 500 places seront disponibles pour deux projections par soirée. La rétrospective du festival sera consacrée à la Nouvelle-Zélande.

Le bilan du NIFFF 2017: Le NIFFF consacre un cauchemar adolescent américain

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps