Nikolaï Fiodorov n’avait rien d’un fou, il n’était pas non plus un penseur périphérique au public restreint. Ses théories, aussi originales et étonnantes que méconnues en Occident, ont marqué les esprits de son temps et, en partie, façonné la pensée utopiste russe du XXe siècle. De son vivant, Fiodorov a dialogué avec Tolstoï, Dostoïevski ou encore Vladimir Soloviev, qui admiraient l’audace de ses propositions. Ses théories trouveront un écho plus tardif chez Maxime Gorki ou Andreï Platonov, tous deux fascinés par sa foi absolue en l’être humain. On le considère aujourd’hui comme le père du cosmisme russe, un courant de pensée qui, dès la fin du XIXe siècle, envisageait que l’univers puisse s’étendre bien au-delà des limites terrestres, avec l’homme en son centre.