No Man’s Land captive son spectateur dès le deuxième épisode. Le premier présente l’enjeu du feuilleton par une exposition fort classique. Antoine (Félix Moati, adéquat hagard du Nord) a perdu sa sœur, archéologue présentée comme assassinée dans un attentat en Egypte. Il pense la reconnaître dans une séquence TV qui parle de la mort d’un djihadiste français en Syrie. Par la Turquie, Antoine se rend en Syrie, en commençant par se faire avoir: on tente de le vendre à l’organisation Etat islamique. Il tombe dans l’escarcelle de la milice kurde YPG.

Une pluie de tirs de mortiers

Dans le deuxième épisode, cette milice tente, de son campement, d’empêcher l’accès à une cité que les combattants de l’EI veulent gagner. Une fausse ambulance gorgée d’armes parvient à franchir les portes de la ville. Les tirs de mortiers pleuvent sur les Kurdes. Au milieu de l’action de guérilla, Antoine tente de se rendre utile…