Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le buste d'Alfred Nobel, créateur du célèbre prix éponyme, est scruté par une caméra le 7 octobre 2013 devant l'Institut Karolinska à Stokholm. 
© Jonathan Nackstrand

Data

Le nobélisé type est un homme suisse d’une soixantaine d’années

Les Prix Nobel sont attribués depuis 1901. D’après les résultats des 115 années d’histoire du prix, il est plus probable pour un homme suisse d’une soixantaine d’années d’obtenir le prix

La dernière annonce des prix Nobel cuvée 2016 a eu lieu ce jeudi: Bob Dylan est lauréat du prestigieux Nobel de littérature. Il clôt une série de six remises de prix dans six catégories différentes: médecine, physique, chimie, économie, paix et littérature. Au total, ces récompenses ont été décernées à dix hommes – plutôt âgés, ils ont entre 65 et 82 ans – originaires ou vivants aux Etats-Unis, en France, au Royaume-Uni, au Japon mais aussi en Finlande et en Colombie. Depuis 1901, pas moins de 910 hommes et (peu de) femmes ont reçu ces honneurs. L’image que l’on peut avoir des nobélisés est plutôt celle d’un vieil homme blanc du monde occidental. Mais est-ce vrai? Il semble que oui d’après les données récoltées sur ces heureux élus.

Sexe, âge moyen et pays des Prix Nobel entre 1901 et 2016

Selon les profils de ses 112 prédécesseurs, Bob Dylan est proche du candidat type de cette catégorie de Nobel. Selon les données issues des résultats des 108 prix Nobel de littérature remis depuis 1901, 88% des lauréats ont été des hommes, avec une moyenne d’âge de 65 ans.

Les autres prix ne dérogent pas à la règle de l’homme âgé. Toute catégorie confondue, seul 5% des Nobel, sont des femmes.

La moyenne d’âge est de 59,5 ans chez le Nobel masculin – Bob Dylan est dans la tranche plus âgée – et un peu plus basse chez les femmes avec 58 ans. Mais il existe une différence entre catégories: les prix Nobel d’économie (remis depuis 1968) sont en moyenne plus âgés que ceux de physique ou de chimie. 2016 déroge à la règle avec de «jeunes» lauréats en Economie, Oliver Hart (68 ans) et Bengt Holmström (67 ans).

Pourtant un âge avancé – nécessaire a priori à établir une carrière fructueuse en découvertes – n’a pas toujours été la panacée des primés. A l’instar de la jeune Marie Curie ou de William Lawrence Bragg âgés respectivement de seulement 36 et 25 ans lorsqu’ils reçoivent le Nobel de physique au début du XXe siècle.

Si on considère l’origine des Nobel de littérature, les pays occidentaux sont en tête avec 13 prix pour la France, 9 pour l’Allemagne et les Etats-Unis, et 7 pour le Royaume-Uni et la Suède. Mais il est intéressant de rapporter le nombre de prix Nobel de littérature attribué dans un pays d’origine au nombre d’habitants.

Le graphique ci-dessous nous permet d’identifier quels sont les petits pays, très peu peuplés, qui ont réussi malgré tout à produire un lauréat. C’est le cas de Sainte-Lucie, Etat insulaire des Caraïbes ou bien de l’Islande qui ont chacune un natif nobélisé: Derek Walcott, né en 1930 à Castries, et Halldór Kiljan Laxness, né en 1902 à Reykjavik.

Ces données sont comparées à l’argent investi dans l’éducation par le gouvernement dans le pays d’origine des lauréats. Les pays scandinaves – Danemark, Norvège et Suède – sont parmi les pays qui injectent le plus de leurs dépenses dans l’éducation. Il est intéressant de remarquer que la Suède et le Danemark sont aussi ceux qui ont la proportion de prix Nobel de littérature la plus grande, environ 0,7 par millions d’habitants.

La Suisse a le plus fort taux de Nobel scientifique par habitant

Qu’en est-il de la Suisse? Avec ses 8,5 millions d’habitants, la Confédération helvétique se montre le meilleur producteur de Nobel de chimie, de physique et de médecine. Non pas en nombre absolu car la Suisse est au 5e rang pour la médecine et la chimie et au 6e rang pour la physique. Les Etats-Unis sont loin devant avec respectivement 117, 83 et 104 lauréat(e)s dans ces trois catégories.

Mais rapporté au nombre d’habitants, la Suisse se démarque très largement des autres pays où travaillent les chercheurs qui ont reçu ces Nobel. En effet, la population suisse compte presque un prix Nobel de médecine par million d’habitants! Contrairement aux Etats-Unis dont le taux n’est que de 0,36 soit environ un Prix Nobel pour 3 millions d’habitants… La même différence s’observe pour les deux prix de physique et de chimie.

Une autre observation intéressante est la situation du Royaume-Uni qui consacre près de deux fois moins de ses dépenses à la recherche et au développement que les Etats-Unis et qui a pourtant un taux plus important de Nobel qui sort de ses laboratoires.


Lire aussi:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a