Il arrive quelquefois, en visitant une exposition, de sentir avec une acuité particulière le plaisir de l’historien de l’art, ou du conservateur, qui a œuvré à sa réalisation. La joie du chercheur qui, au prix d’un travail patient et précis, a éclairé des œuvres, a révélé leurs liens, et peut avoir la satisfaction de les voir réunies, non plus sur les pages d’un livre académique mais sur les cimaises. Il arrive aussi que transparaisse un désir véritable de transmettre au public ce savoir accumulé au fil des ans, de le transmettre avec autant de détails que possible, en offrant, dans une démarche généreuse et attentive, toutes les ressources visuelles et documentaires nécessaires pour que le visiteur sorte des lieux instruit, élevé.