Nous arrivons au terme de notre brève promenade dans la fiction TV du Nord. J’espère en avoir montré la richesse, derrière les phénomènes ponctuels. Et puis, aujourd’hui, une prédiction paraît possible. Je ne prends pas un grand risque, à vrai dire. On connaît le prochain frisson des amateurs francophones. Rendez-vous début 2012. Décidément inspirée, Arte diffusera Borgen, nouvelle brillante création issue du creuset danois.

«Borgen» (le château) est le nom du palais du parlement à Copenhague. L’histoire commence en pleine campagne électorale; Birgitte Nyborg est candidate pour le parti centriste. Des concours de circonstances, qui posent d’épineuses questions de morale politique, amènent à son élection, inespérée. Elle se retrouve première femme à la tête du gouvernement danois.

En dix épisodes, disponibles dans une édition avec sous-titres anglais, Borgen dresse le portrait de cette femme de pouvoir, de ses proches (à commencer par le mari), de ses alliés et de ses adversaires. D’emblée, les auteurs trouvent le juste dosage entre la part privée et ce qu’il faut de manœuvres pour faire tenir une équipe gouvernementale parfaitement inattendue.

Outre des trames sur plusieurs épisodes, dont l’évolution du couple pris dans la bourrasque, chaque chapitre aborde un défi soulevé avec plus ou moins de succès par Birgitte et son équipe, dans leurs constantes négociations avec le législatif.

Mécanique politique, et créative. Borgen aura droit à une troisième saison, à l’horizon 2013. Elle étonne par son écriture délicate, et la qualité de sa distribution. Nous quittons le Nord, mais pour y revenir bientôt, avec d’autant plus de plaisir.