Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

classique & opéras

Nos coups de cœur 2010

Le palmarès des meilleurs disques par nos critiques

Les choix de Jonas Pulver

1) Mozart: La Flûte enchan tée. René Jacobs, Akademie für alte Musik Berlin (Harmonia mundi/Musicora). Le chef flamand fait parler la musique et chanter les mots.

2) Schumann: Humoreske, Chants de l’Aube, etc. Piotr Anderszewski (Virgin/EMI). Le pianiste polono-hongrois consume émotion et folie sans se brûler les doigts.

3) Strauss: Une Symphonie alpestre. Philippe Jordan, Orchestre de l’Opéra national de Paris (Naïve/Musik­vertrieb). Plutôt que transpirer, le chef suisse, très fluide, préfère planer.

4) Brahms: Variations sur un thème de Haendel, Rhapsodies op. 79, etc. Murray Perahia (Sony Classical/Sony Music). Le pianiste américain fait preuve d’une ampleur surprenante, tout en carrure et en poigne.

5) Vittorio Grigolo: The Italian Tenor (RCA Red Seal/Sony Classical). Un programme très convenu, mais un lyrisme organique à souhait. A suivre.

Les choix de Julian Sykes

1) Szymanowski: Concerto pour violon No 1, etc. Pierre Boulez, Christian Tetzlaff (Deutsche Grammophon/Universal). Le chef français profite des teintes chatoyantes des Wiener Philharmoniker pour rendre toute sa richesse d’évocation à la musique de Szymanowski.

2) Jonas Kaufmann: Verismo Arias (Decca/Universal). Le grand ténor du moment se mesure au répertoire vériste avec la fougue et la nuance qui le caractérisent.

3) César Franck. Bertrand Chamayou (Naïve/Musikvertrieb). Le pianiste français marie raison et émotion.

4) Bach: Motets. Masaaki Suzuki (BIS/Musikvertrieb). Le chef japonais s’appuie sur les voix déliées du Bach Collegium Japan: les motets se parent de couleurs tour à tour lumineuses et soyeuses.

5) Puer natus est. Stile antico (Harmonia mundi/h.m.-musicora). Disque a cappella consacré à Tallis et à la Renaissance anglaise, on est porté vers les sphères.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps