Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

concerts et opéras

Nos coups de cœur 2010

Le palmarès des concerts et opéras par nos critiques

Les choix de Jonas Pulver

1) Grigory Sokolov au Septembre Musical. Mains à toute épreuve, élasticité étourdissante et plénitude des couleurs: dans Bach, Brahms et Schumann, cet artiste solitaire incarne l’art du piano russe à son paroxysme.

2) Kazuki Yamada et l’Orchestre de la Suisse romande. Un jeune inconnu dépêché en remplacement – ainsi naissent les légendes. Le Japonais irradie l’OSR dans L’Oiseau de feu de Stravinski.

3) András Schiff au Menuhin Festival Gstaad. Le pianiste tisse ses voix intérieures dans Schumann.

4) Parsifal de Wagner à Bayreuth. Stefan Herheim mélange mythe et histoire contemporaine dans

la meilleure production à l’affiche du temple wagnérien.

5) Don Giovanni de Mozart au Festival d’Aix-en-Provence. Le metteur en scène Dmitri Tcherniakov distord le chef d’œuvre pour mieux le révéler.

1) Simon Rattle et les Berliner Philharmoniker au Lucerne Festival. Le chef britannique dans un programme de rêve: Prélude de Parsifal, Vier letzte Lieder de Strauss et pièces de Schönberg, Berg et Webern.

2) Claudio Abbado et le Lucerne Festival Orchestra au Lucerne Festival. Le chef milanais en état de grâce dans la 9e Symphonie de Mahler.

3) «Le Rossignol et autres contes…» au Festival d’Aix-en-Provence. Pour Stravinski, Robert Lepage convie le théâtre d’ombres et des marionnettes d’eau du Vietnam.

4) András Schiff au Lucerne Festival. Le pianiste hongrois surprend par sa verve dans les Etudes symphoniques et de sublimes Papillons de Schumann.

5) Leonidas Kavakos et Valery Gergiev au Menuhin Festival Gstaad. Le violoniste grec livre une interprétation tendre et âpre du Concerto de Sibelius, sous la baguette enfiévrée du chef ossète.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps