Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Top 10

Nos coups de cœur 2010

Les choix d’Arnaud Robert

1) Gil Scott-Heron, I’m New Here (XL)

Poète des bris de verre. Résurrection de l’inventeur du rap, en electro-blues mutin.

2) Christian Scott, Yesterday I said Tomorrow (Concord)

La petite crapule vient de La Nouvelle-Orléans. Trompette jazz et guitare en aquaplaning.

3) Lobi Traoré , Rainy Season Blues (Glitterhouse)

Il est mort à 49 ans, le 1er juin. Bluesman malien qui continue d’habiter nos nuits.

4) Gonjasufi, A Sufi And A Killer (Warp)

L’outre-soul d’un soufi fumant. Devoir imposé d’une année bien faite.

5) Danyel Waro , Aou Amwin (Cobalt)

Manifeste d’une Réunion en transe boxée. Double album insulaire et tour de force vocal.

Les choix de Rocco Zacheo

1) Sufjan Stevens, The Age of Adz (Asthmatic Kitty). Une cathédrale baroque et électronique faite pour s’y perdre avec jubilation à chaque écoute.

2) Deerhunter , Halcyon Digest (4AD). Toute l’élégance d’une pop-rock aux couleurs pastel. Un chef-d’œuvre qui avance avec discrétion.

3) The Walkmen , Lisbon (Barclay). Un rock fébrile et classieux, paré d’urgence et d’une luminosité puissante. La grande foulée des Walkmen.

4) Beach House, Teen Dream (dadfadfa). Quelque part entre liquide et gazeux, l’art onirique du duo de Baltimore. Un album indispensable.

5) Kanye West, My Beautiful Dark Twisted Fantasy, (Roc-a-Fella). La tectonique des plaques mise en musique: hip-hop, soul et electro se frottent et font tout trembler.

Les choix de Philippe Simon

1) Master Musicians of Bukkake , Totem Two (Important Records). Quand le metal se mêle aux modes tibétains: musique inspirée.

2) Omar Souleyman, Jazeera Nights (Sublime Frequencies). La seule vague connue à ce jour d’electro-punk syrien.

3) Autechre, Move of Ten (Warp). Le duo fondateur de l’«Intelligent Dance Music» revient à ses amours rythmées.

4) Scorn , Refuse; Start Fires (Ohm Resistance). Un proche parent du dubstep, vainqueur dans la catégorie rythme tellurique.

5) Swans, My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky (Young God Records). Michael Gira réactive la machine Swans après 14 ans: rien n’a été perdu.

Les choix d’Olivier Horner

1) Bertrand Belin , Hypernuit (Cinq7). Avec ses airs indolents entre pop et country-folk subtiles, le Breton magnifie son bagage poétique.

2) Foals, Total Life Forever (Wea). Des transes rock hypnotiques et d’une noirceur retorse, entre cavalcades et trompeuses accalmies.

3) Arnaud Fleurent-Didier , La Reproduction (Columbia). Symphonie pop aux élans passionnels et aux sonorités seventies pour de troublantes confessions.

4) The National, High Violet (4AD). Rock d’un lyrisme glacial et fièvre mélodique, les New-Yorkais envoûtent.

5) Oy , First Box Then Walk (Creaked Records). La Suissesse séduit pour sa voix polymorphe, ses télescopages insensés d’electro, jazz, soul, hip-hop.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a