Il fait nuit noire, des lampes torches balaient la forêt, inspectant chaque bosquet. Une musique inquiétante se mêle au chant des grillons, puis à la voix d’un présentateur télé. Qui annonce au monde, en ce mois de mai 2007, la glaçante nouvelle: l’enlèvement d’une fillette britannique dans un complexe hôtelier d’Algarve. Trois ans et demi, et introuvable.

Dès les premières secondes, La Disparition de Maddie McCann donne le ton: attente, angoisse, effroi. Produit par Netflix et mis en ligne l’an dernier, le documentaire retrace, sur huit épisodes sombres et léchés, les douze ans d’enquête autour de la disparition de la petite Madeleine. Une production américaine assez mal accueillie – notamment par les McCann, qui ont refusé d’y participer – mais emblématique d’un phénomène très actuel: le true crime.