monument

Notre-Dame de Paris, ce corps plastique de l’histoire française

L’effroi créé par l’incendie géant de la cathédrale ne doit pas faire oublier que le monument a été plus souvent modifié et transformé qu’on le croit. Les grands épisodes de la vie de l'édifice

Les premiers hommes regardaient déjà vers le ciel: les premières traces d’un édifice religieux sur l’île de la Cité remontent aux Gaulois, qui y avaient édifié des autels, qu’à leur arrivée les Romains remplacèrent par des temples. Eux-mêmes furent ensuite détruits par les premiers chrétiens, qui y construisirent une basilique dont les vitraux «retenaient captifs les rayons du soleil», s’émerveillait le poète chrétien du VIe siècle Fortunat. Las, les invasions normandes eurent raison de l’édifice, qui fut entièrement reconstruit au IXe siècle. La deuxième basilique Saint-Etienne était très grande et très riche, comprenant des piliers de marbre, des mosaïques. A son tour, l’édifice dut être reconstruit trois siècles plus tard, tant Paris avait grandi.

C’est en 1160, sous Louis VII le Jeune, que le nouvel évêque de Paris, Maurice de Sully, décida de doter Paris d’une cathédrale qui manifesterait dans la cité la puissance des Capétiens, l’essor démographique de la ville et le rayonnement des écoles-cathédrales, alors que Laon, Sens ou Senlis avaient déjà leurs cathédrales gothiques. La première pierre est posée en 1163 et les premiers travaux allèrent vite, compte tenu des contraintes de l’époque, d’autant qu’il fallait laisser en place l’ancienne église, pour la continuité des offices.