allemagne

La nouvelle vie des séries policières

Orkun Ertener est le créateur de la série TV «KDD» qui cartonne en racontant les journées d’un commissariat à Berlin, avec ses flics meurtris par les épreuves de la vie

A 43 ans, Orkun Ertener est en train de chambouler la fiction télévisuelle allemande. Il reste à la majorité des téléspectateurs à s’en rendre compte. Né à Istanbul, Orkun Ertener représente déjà une histoire d’intégration réussie (lire en page 8): venu en Allemagne avec sa famille, il trime pour étudier, enseigne d’abord les médias à l’Université de Marburg, puis se lance comme scénariste. Il fait ses armes dans Tatort , institution germanophone. En 2007, avec la productrice Kathrin Breininger, il lance Kriminaldauerdienst , ou KDD , montrée cet hiver sur Arte. La série qui clôt les grandes décennies Derrick , et ses médiocres succédanés ( Alerte Cobra et autres bradwurst narratives). Filmée dans la rue à Berlin, KDD raconte les journées d’un commissariat, et de ses flics heurtés par la vie. La formule emprunte à l’Américain Steven Bochco ( NYPD Blue , 1993-2005). Mais l’auteur enracine sa fiction dans le terreau urbain de Berlin, n’hésitant pas à évoquer la perdition sociale d’une partie de la population, le choc de l’immigration, la perte de valeur des institutions. En sus, KDD bénéficie d’une distribution parfaite, à commencer par Manfred Zapatka, l’une des figures de flic meurtri les plus passionnantes du moment. Le Spiegel a beau clamer que KDD est la meilleure «krimi» de tous les temps, l’audience sur ZDF reste modeste. Qu’importe, une troisième saison est en chantier. Orkun Ertener fait déjà saliver les amateurs. Depuis quand n’était-ce pas arrivé pour une série allemande?

Publicité