L’année dernière, ils avaient rameuté la foule via une campagne de levée de fonds, en laissant croire à la mort possible du festival Nova Jazz. «Notre situation n’était pas si grave», relativise le directeur et musicien André Hahne. «Il nous manquait 10 000 francs, je voulais juste qu’on ne termine pas l’année dans le rouge.» En fait, l’association yverdonnoise qui gère la destinée de Nova Jazz (ses concerts de saison, son festival) a les reins relativement solides, des subventions de plus de 90 000 francs et un autofinancement qui atteint 52% de son budget. Nous voilà donc rassurés. Parce que la chose mérite certainement d’exister.

Lire aussi: Yverdon, capitale en exil du jazz new-yorkais

Pour la quatrième fois, le festival explore une aire géographique. Après l’Europe septentrionale, Israël et New York, c’est au tour de Londres de s’inviter au Théâtre Benno Besson, à L’Echandole ou au Conservatoire. Qui aime le jazz comprendra aisément ce choix: depuis trois ou quatre ans, Londres règne au niveau mondial sur les musiques improvisées, avec des individualités hors norme, des esthétiques qui marient le hip-hop au free, une approche qui relève autant de l’underground que du mainstream; bref, on n’a pas ressenti cette agitation sur l’île depuis le Swinging London.

Chemins de traverse

Au programme du Nova Jazz, du 30 janvier au 2 février, il y aura l’énorme trio de Manchester GoGo Penguin dont le son défrise même à bonne distance, précédé d’une création d’Ashley Henry avec l’HEMU – le concert est complet.

On se repliera donc sur lyrisme froid du trio Phronesis, Nordiques basés à Londres. Ou alors sur l’extraordinaire Moses Boyd Exodus, figure centrale et panoptique de la cité. Le récital de Neil Cowley, toucher impeccable nourri au classique, apparaît là aussi comme un passage obligé de cette édition. Quant à la trompettiste Yazz Ahmed, qui conclut le festival, elle multiplie avec audace les chemins de traverse.

De quoi aisément rattraper votre retard si vous aviez manqué le début de cette nouvelle histoire: Londres, capitale du jazz.


Nova Jazz Festival. Du 30 janvier au 2 février 2020. Yverdon-les-Bains. www.novajazz.ch