Livres

La nudité toute nue

Enquête cocasse truffée d’informations, «Au pays des nudistes» est l’occasion jamais perdue de questionner les formes contemporaines d’aliénation morale et matérielle

On tient souvent l’enquête journalistique pour un pensum, le récit ingrat d’une descente en apnée dans des archives douteuses. C’est sans compter sur Mark Haskell Smith, scénariste, auteur de romans noirs déjantés, passionné de contre-cultures marginales. Après une première immersion dans l’univers des botanistes clandestins et des fins connaisseurs de cannabis, le journaliste, toujours curieux des fantaisies d’autrui, s’est introduit dans le monde mal compris des nudistes.

Loin d'une déviance, un plaisir hédoniste

Lui-même sceptique au débute, Mark Haskell Smith a 400 pages pour convaincre. Loin d’être une déviance à tendance exhibitionniste, retirer ses vêtements dans un cadre social ou public relève du plaisir hédoniste pour les uns, du geste politico-philosophique pour les autres, et des deux à la fois pour les adeptes fervents. Au pays des nudistes en est la preuve par le terrain.

En croisière dans les Caraïbes au milieu de jeunes retraités américains, en randonnée dans les Alpes autrichiennes avec des naktivists, au royaume bienveillant des échangistes du cap d’Agde ou sous les banderoles pro-environnementales de la Manifestation cyclo-nudiste: partout, l’estime positive de soi et la défocalisation corporelle font régner convivialité et tolérance.

La guerre et la destruction de la planète sont normalisées, […] alors que la nudité, considérée comme choquante, est pénalisée

On peut ne pas partager, mais il est bon d’identifier les modèles qui nous régissent. Dans le Montana par exemple, on autorise le port des armes à feu, mais nager nu, en cas de récidive, est passible d’une peine de prison à vie. «La guerre et la destruction de la planète sont normalisées, […] alors que la nudité, considérée comme choquante, est pénalisée», s’indigne l’organisation érotico-écologique Fuck for Forest. Nos corps sont-ils si imparfaits qu’il faille à tout prix les cacher? Combien de temps paierons-nous pour le péché originel? Que deviendraient les industries de la mode et de la beauté si nous nous acceptions tels que nous sommes? Pourquoi nos sexualités sont-elles si effrayantes?

Sans tomber dans le prosélytisme, les personnes interrogées par Mark Haskell Smith s’accordent sur un point: c’est au hasard d’une baignade sans maillot qu’ils se sont initiés au nudisme. Aussi, si l’élastique trop serré de votre slip plein de sable vous démange sur votre transat, n’oubliez pas d’interroger les diktats sociaux qui nous brident.


Mark Haskell Smith, «Au pays des nudistes», trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Elodie Leplat, Paulsen, 400 p.

Publicité