«Paradis? Nino Paradis? Bordel c’est qui ta mère, Amélie Poulain? Qu’est-ce que tu viens chercher ici Nino, tu veux en finir avec ton nom?» Tout commence à la dure dans une drôle de légion. Trente pages d’ouverture cinématographique où Capucine et Simon Johannin, les deux auteurs, attrapent le jeu de langue hilarant d’une caserne. Puis Nino-le-galérien fuit. Il retourne buter contre l’asphalte d’un Paris périphérique.